Chapitre 2 : Le cerveau - Rôle dans la motricité, plasticité et fragilité


Cerveau et mouvement volontaire

Le cerveau est composé de neurones et de cellules glaires assurant le bon fonctionnement de l'ensemble. L'exploration du cortex cérébral permet de situer les aires motrices spécialisées à l'origine des mouvements volontaires. Les messages nerveux moteurs qui partent du cerveau cheminent par des faisceaux de neurones qui "descendent" dans la moelle jusqu'aux neurones moteurs. Le corps cellulaire du neurone moteur reçoit des informations diverses qu'il intègre sous la forme d'un message moteur unique et chaque fibre musculaire reçoit le message d'un seul neurone moteur. Certains dysfonctionnements du système nerveux modifient le comportement et ont des conséquences sur la santé. L'apprentissage ou la récupération de la fonction cérébrale après un accident reposent sur une capacité essentielle : la plasticité cérébrale.

 

Le cerveau, un organe fragile à préserver

Les aires corticales communiquent entre elles par des voies neurones où se propagent des potentiels d'action dont la fréquence d'émission est modulée par un ensemble de neurotransmetteurs. La prise de substances exogènes (alcool, drogues) peut entraîner la perturbation des messages nerveux et provoquer des comportements addictifs.

 

Notions fondamentales : intégration par le neurone moteur ; sommation temporelle et spatiale ; aire motrice ; plasticité cérébrale ; neurotransmetteur ; molécules exogènes.  


Les cours, documents et ressources seront mis en ligne au fil de la séquence.